Soundpainting : actualité pédagogique


*******
retour à l'accueil

Soundpainting : classes, stages, ateliers


Paris

Classe de Soundpainting au conservatoire Mozart de Paris

animée par

François Cotinaud


classe ouverte aux musiciens, comédiens et danseurs.
Le conservatoire Mozart regroupe
les 1er, 2ème, 3ème et 4ème arrondissements de Paris
Lundi 19h30-21h (salle 107) et Mercredi 19h30-21h (salle 110)
Module FM le mercredi 18h30-19h30
7, passage de la Canopée 75001 Paris
Tél : 01 42 36 17 86

conservatoire_mozart_soundpainting_cotinaud conservatoire_soundpainting_cotinaud
Le conservatoire Mozart, sous la Canopée, face à Saint-Eustache, Paris.

***

Qu'est-ce que le Soundpainting :

Destiné aux musiciens (classiques, jazz, ou autre), aux comédiens et danseurs, à partir du 2ème cycle.

Contrairement à ce qu'on pourrait penser, le Soundpainting n'a pas directement à voir avec la peinture. Très facile d'accès, le Soundpainting permet de jouer à plusieurs sans partitions, sans texte, qu'on soit musicien, danseur, ou comédien. C'est avec des signes que se transmettent les règles du jeu : un rythme, un espace de jeu, une imitation, un rire, une histoire ou une mélodie, une série de gestes.
On peut apprendre rapidement les signes du Soundpainting, et c'est plutôt drôle de s'y familiariser. Pour un musicien, il s'agit d'une autre façon d'apprendre et de jouer avec les autres.
Créé à l’initiative de Walter Thompson il y a plus de 40 ans, le Soundpainting est un langage de composition en temps réel de plus de 1000 signes et conventions.
Tout le jeu consiste à créer une interaction dynamique entre le chef et les interprètes, afin de construire et développer des répertoires ou des textes définis en commun, et de construire des situations d’improvisation individuelles ou collectives. Créer en direct un véritable spectacle mis en scène.
Le Soundpainting n’est pas relié à une esthétique particulière en soi, et celle-ci dépendra davantage des acquis de chacun, de leur background culturel et de leur engagement dans le jeu.


Il existe quatre sortes de signes : Qui ? Quoi ? Comment ? Quand ?

« Qui ? » : une collection de signes indiquant qui va être concerné par le contenu ou la proposition à venir. Cela peut être un danseur, un comédien, un musicien précis, une partie du groupe, la totalité des performers.
« Quoi ? » : le contenu d’une proposition. Celui-ci peut être « fermé », c’est à dire si précis qu’il n’y a pas d’interprétation possible, ou bien « ouvert », parce que l’interprète peut y trouver un espace de liberté important. Lorsque par exemple je demande à la comédienne de raconter une histoire de deux minutes avec la voix d'une vieille femme, le sujet est libre, la manière de raconter, l'atmosphère le sont également. Mais pendant son histoire, mille choses peuvent venir altérer son intention, ou modifier la mise en scène.
« Comment ? » indique la nuance, l’intention, ou un emplacement sur la scène, bref, toutes choses qui ne sont pas du strict contenu.
« Quand ? » indique quand doit débuter l’action demandée. Cela peut être immédiat, ou différé, ou après quelque chose d’autre, conditionné à une autre action.
Le soundpainter – le chef – dispose de signes lui permettant d’aller chercher des idées chez les interprètes, ou de laisser se construire des choses indépendamment de lui, si bien qu’il peut rafraîchir sa propre imagination. Il peut aussi introduire des éléments fixés à l’avance, dès lors qu’il leur a attribué un nom – un signe particulier. Ces éléments peuvent être des mises en scène, des partitions, l’utilisation d’objets, des configurations instrumentales, des changements de costume, etc. »